Yoanna

Moi Bordel !

2009

Pour écouter des extraits

cliquez sur le bouton pour ouvrir la playlist ->

Yoanna - player play link Yoanna - player pause link Yoanna - player list link

De Francofolies (07) en Printemps de Bourges (08), de Zèbre de Belleville en Divan du Monde, et après l’enregistrement d’un cd 5 titres en 2006, un premier album paraît la suite logique à cette aventure.

Douze titres, arrangés et réalisés par Fafa, rassemblant ses premiers titres et d’autres écrits et composés ensemble, produits par projet BOB (à Grenoble) avec la participation de Marion Ferrieu au violoncelle, Florent Diara aux percussions, Baptiste Vallet à la basse et au trombone (ses comparses de scène), en tout une trentaine de musiciens venus d’horizons divers, rock, jazz ou classique, et des membres de groupes comme Manu de Tryo ou Olivier de Debout sur le Zinc.

Le résultat, c’est douze chansons en couleur et en chaleur, qui tourbillonnent de folk festif en ska exquis, de rock rouquin en blues pas blasé. Avec des échos du Nino Rota de Fellini, des effluves de chanson populaire du temps jadis, mais aussi du rock, du funk, du rap et du slam. Un disque inclassable, tout en cœur et en nerfs, avec pour constante la voix impérieuse et espiègle de Yoanna, nichée dans des arabesques d’accordéon agile, entre guitares électriques et contrebasse acoustique, cordes en quatuor accort, tambours et trompettes, ceinture et bretelle.

Des tranches de vie, d’amour et de mort, de lutte et d’espoir aussi, à mots crus, à mots dits, à mots durs, à mots doux. Qu’elle fustige les machos maladroits dans « Toutes des salopes ! », suggère la douleur de l’avortement dans « Funambule », évoque la prostitution dans « Moi bordel ! » (sur un texte de l’écrivain genevois Jean Winiger), l’inceste dans « Fleur » ou l’anorexie dans « Ma Plume », c’est toujours avec une sensibilité à fleur de peau, entre rire et larmes, colère et émotion.

« Je ne pourrai pas te dire que j’ai aussi fait de longues études, que j’ai lu tout Shakespeare et que ce ne fut pas rude », chante Yoanna dans « Collégienne ». Nature et sans fards, voici l’univers d’une artiste bien plus femme que féministe. Un disque au féminin bien singulier.

Philippe Barbot

autres albums:

« La maladie - Un peu brisée »